FAUQUET portrait bis

Né en 1950 à Lourdes, Jean-Michel Fauquet passe une partie de son enfance entre l'atmosphère fin XIXème des petites villes thermales enclavées dans la ruralité du piémont pyrénéen, et la mélancolie océanique de Bordeaux, port de "l'Afrique occidentale française", où s'exposent régulièrement à cette époque des foires coloniales consacrées à l'Afrique noire.
Paradoxalement, c'est aussi dans cette ville où règnent le silence étouffant des restes puritains de l'ancienne colonie anglaise et le poids d'une histoire triangulaire qui marque la façade de ce port négrier, que débarque, avec Sigma dans les années 60, le Living Theatre, accompagné d'une cohorte d'artistes d'avant-garde en provenance d'Amérique du Nord. Ces événements artistiques précurseurs inaugurent des temps de bouleversements en France et en Europe. Ces nouveaux langages venus d'ailleurs fascinent et sont autant d'appels au départ.
Jean-Michel Fauquet émigre alors vers les États-Unis et le Canada en 1970. Cet exil impose très tôt la nécessité de constituer l'écriture d'une mémoire qui tente de relier des mondes aussi éloignés.
L'apprentissage de cet engagement artistique se fait à travers une pratique professionnelle photographique dans le milieu théâtral et universitaire de Québec.
À son retour en France dans les années 80, il installe son atelier à Paris au coeur d'un village planétaire, le Sentier, que Claude Lévi-Strauss signale comme point de départ vers "les mondes perdus" de ses Tristes Tropiques.
Ce quartier plein d'une activité manufacturière va irriguer dans ses heures blanches la construction d'un proto-monde qui se constitue jour après jour durant cette double vie, partagée entre une activité au Centre National de la Cinématographie et son travail artistique.
Des espaces canadiens au resserrement urbain parisien, Jean-Michel Fauquet profite de ces nouvelles contraintes pour installer une œuvre qui cherche sa place et son inscription dans ce nouvel exil au centre de la capitale, lent processus nocturne qui s'élabore dans une chronologie, une économie et la rigueur d'une méthode qui se nourrit des moyens dont elle se prive.

Ses travaux résultent de procédures très distinctes qui font appel au dessin et à la sculpture et donnent lieu à des photographies proches de l'estampe.
 Il s'agit essentiellement d'un travail d'atelier où le sujet fabriqué à partir de matériaux pauvres est un prétexte qui suscite chez le spectateur un récit que celui-ci élabore à partir de sa propre mémoire et de son imaginaire. Jean-Michel Fauquet est présent dans les grandes collections publiques (Fonds national d’'art contemporain, Bibliothèque nationale de France, Maison européenne de la photographie, musée national d'’Art moderne). Il a publié une vingtaine de livres et de catalogues.

 

Expositions personnelles 

2016,
Musée de la Vallée de la Creuse, Eguzon

2015
Galerie Claude Bernard, Paris
Traces of being, galerie WILLAS contemporary, Oslo, Norvège

2014
L'oeil du Signe, Maison Européenne de la photographie, Paris
Galerie Conrads, Düsseldorf 

2013 
Le Grand Séparateur, Rencontres Photographiques d'Arles
Grande Chaudronnerie, Paris Photo

2011
Poids et mesures de l'obscur, Maison d'art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne

2010
Le Grand Séparateur, Galerie Pierre Brullé, Paris 
Images telluriques, Base sous-marine, Bordeaux 

2008 
Château de Tours

2007
Kaïros, Haim Chanin Fine Arts, New York 

2006
M.T.P. –- Le Festin de Balthazar, Galerie Pierre Brullé, Paris

2005
Alliance Française, Sapporo, Japon

2004
TICAV, Taipei, Taiwan 
Galerie Pennings, Eindhoven, Pays-Bas

2003 
Le Chien Noir, Galerie Pierre Brullé, Paris 

2002
Centre des Arts, Enghien-les-Bains 
Maison des Arts, Conches

2000 
Galerie Pierre Brullé, Paris 

1997
Galerie Pierre Brullé, Paris 

1996 
Rencontres photographiques, Solignac 

1995 
Galerie Pierre Brullé, Paris 

1993
ODDC, Saint-Brieux

Expositions de groupe 

2016
Photos, Galerie Claude Bernard, Paris

2014
Confrontation, Galerie Le Minautore, Paris
APC Pékin, Chine

2013
Autoportraits 1929-2010, Galerie le Minautore, Paris
APC Lishui, Chine
Taipei Art Photo Show, Expo Dome Tapei
Paris Photo, Galerie VU, Grand Palais, Paris

2012
L'arbre et le photographe, ENSBA, Paris
Paris Photo, Galerie VU, Grand Palais Paris

2010
Man Ray, Musée d'Art Moderne de Séoul, Corée

2009
Masks, Sungkok Museum, Corée

2008
Art Paris, Galerie Haim Chanin, Grand Palais, Paris

2007
Art Paris, Galerie Haim Chanin, Grand Palais, Paris

2005
Le Monde est rond, Espace de l'art concret, Mouans Sartoux 

2004 
Les Escargots se traînent méchamment, Galerie Luc Queyrel, Paris 

2002 
Galerie Pierre Brullé, Paris 
(avec Jean-Claude Bélégou, Régine Cirotteau et Jean Yves Cousseau) 

2000 
Galerie Pierre Brullé, Paris 
(avec Régine Cirotteau, Jean Yves Cousseau, José Ferrero et Caroline Feyt) 

1999 
Galerie Serge Aboukrat, Paris 

1998 
Biomorphies : la Beauté Organique, Galerie Pierre Brullé, Paris 
Photographie au présent, Bibliothèque nationale, Paris 
Qu'’est-ce qu'une route ?, Maison Européenne de la Photographie, Paris

Collections

Fonds National d'Art Contemporain, Paris 
Bibliothèque nationale de France, Paris
Maison Européenne de la Photographie, Paris 
Musée national d'art moderne, Paris

Bibliographie (Choix)

La Multiplication photographique, Fonds National d’Art Contemporain, 1988 

Stravaganza, texte de Bernard Delvaille, Fata Morgana, 1994 

Au jour consumé, texte de Pierre Bergounioux, Filigranes, 1995 

Grande Nuit de Toussaint, texte de Sylvie Germain, Le Temps qu’'il fait, 2000 

Chronique du Carré, Francis Cohen, Fin, n° 9, Pierre Brullé, 2001 

Ordalies, texte de Pierre Bergounioux, Filigranes, 2002 

Le Chien noir, Pierre Brullé, 2003 (texte de Jacques Laurans) 

"Les objets telluriques de Jean-Michel Fauquet", Jacqueline Caux, Art Press, n°296, décembre 2003 

"L’'art et la matière de Jean-Michel Fauquet", Dominique Charnay, Le Cahier dessiné, n°4, Buchet Chastel, 2004 

M.T.P. –- Le Festin de Balthazar, Pierre Brullé, texte de Francis Cohen, 2006

Kaïros de Jean Daive et Positive into negative de Lyle Rexer, cat. Haim Chanin Fine Arts, texte de Jean Daive, 2007

Catalogue exposition Château de Tours, avec Pierre Bergounioux, 2008 

ZIP (Zones d’Intervention Précaire), avec Francis Cohen, Filigranes, 2009 

Traviole n°15, Pierre Bergounioux

Catalogue exposition Galerie Pierre Brullé, Paris, texte de Pierre Brullé, 2010

"Jean-Michel Fauquet", Judith Brouste, Art Press, n° 368, juin 2010 

Le Grand Séparateur, Filigranes, 2010 

Singeries pour Jacques Dupin, Francis Cohen, 2010

Ligne 13, n°1, Francis Cohen, 2010

Ligne 13, n°2, Francis Cohen, 2011

Catalogue exposition Maison d'’art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne, texte d'Annie Le Brun, 2011

Le Mont Né, Filigranes, 2011

Mes yeux sont d'aveugles ciels, Filigranes, 2012

Le Chien Noir, Filigranes, 2013

Filmographie

Iddu, l'atelier de Jean-Michel Fauquet, d'Henry Colomer (52')
Retour à la base, d'Emérance Dubas (12')
Ouvre tes yeux, d'Anne Kerner (15')