GALERIE CLAUDE BERNARD

7-9, rue des Beaux Arts 75006 Paris - tel : 01 43 26 97 07

Du mardi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

 ATTENTION !  ETE 2014: La galerie sera FERMEE A PARTIR DU SAMEDI 2 AOUT, et RE-OUVRIRA LE MARDI 2 SEPTEMBRE.

Sam SZAFRAN

Né en 1934 à Paris, France

"Sans titre" 35cm x 24cm. 1987. Aquarelle sur papier

EXPOSITIONS

Les oeuvres de Sam Szafran ont été exposées à la galerie en 1964, 1970, 1976, 1980 et 1987.

OEUVRES

CATALOGUES

BIOGRAPHIE

Sam Szafran est né le 19 novembre 1934 à Paris.

Ses parents, émigrés juifs polonais, sont installés au 158, rue Saint-Martin. Sam grandit au coeur des Halles, entre une vie familiale traditionaliste et l'école de la rue, peuplée de prostituées et de camionneurs. Il fréquente avec son père les cafés et le ciména dans ce quartier interlope.

A la mort de celui-ci, tombé dès le début de la Première Guerre Mondiale, il est confié à la tutelle sévère de son oncle.
La première rencontre avec l'art se fait au marché aux croûtes qui se tenait, jusqu'au début des années 1960, à la fin du boulevard Sébastopol et commencement du boulevard de Strasbourg : "Des peintres exposaient des peintures sur velours, des paysages avec des biches, des bouquets de fleurs, immondes, mais moi j'étais en admiration...".

1940-44, pendant la guerre, Szafran enfant est d'abord caché dans le Loiret, chez des paysans qui le maltraitent. Puis il trouve refuge chez des Républicains espagnols, la famille Sanchez, à Espalion, dans le Lot. A la fin de la guerre, en 1944, la Croix-Rouge l'envoie en Suisse. Il est accueilli dans une famille à Frauenfeld, près de Winthertur. Il y apprend à nager, à dessiner et s'initie à quelques autres joies de la vie. Sa présence y sera remarquée par Jean Widmer, le futur graphiste. Entre-temps, presque toute sa famille aura été exterminée dans les camps.

1947, à 13 ans et demi, à Marseille, il embarque pour l'Australie avec sa mère et sa soeur sur le SS Derna. Il y exercera divers métiers. Grande détresse physique et morale.

1951, retour en France : il s'inscrit aux cours du soir de dessin de la Ville de Paris, d'abord rue Corbon, puis place des Vosges, enfin boulevard Montparnasse. Il gagne sa vie comme traducteur-interprète à l'American Express. Après s'être senti étranger dans le quartier des Halles, il découvre son vrai lieu d'adoption dans le milieu encore vivant et turbulent de Montparnasse - "J'ai commencé à être bien véritablement le jour je suis arrivé à Vavin. c'était mon Eldorado...". Il habite des ateliers de fortune : Cité Falguière, rue Castagnary, rue Puget, mais aussi des garages.

1953, s'inscrit à l'atelier de la Grande Chaumière et suit les cours de Henri Goetz. Il y rencontre Jean Ipoustéguy puis les Espagnols Pelayo et Clavé. Mais très rapidement il s'y ennuie : "Je cherche désespérément un maître et il n'y en a pas". Il fréquente la vie nocturne, encore intense, de l'après-guerre. Il fréquente divers groupes, dont les Fantasophes autour de Simone Collinet.

1955-60, le quartier Saint-Germain commence à supplanter Montparnasse. Au "Montana", il rencontre Django Reinhardt ; une passion pour le jazz s'ensuivra.
1957, il rencontre les sculptueur Jacques Delahaye, qui expose alors à la Galerie Stadler. L'amitié avec les sculptueurs sera continue et jouera un grand rôle dans la définition de l'art de Szafran : d'abord avec Roseline Granet, dès 1954, qui lui achète ses premières oeuvres et qui sera longtemps son principal soutien. Plus tard, il rencontre Alberto et Diego Giacometti, Raymond
Mason, Joseph Erhardy.

1958, premiers tableaux abstraits, influencés par Nicolas de Staël et Jean-Paul Riopelle, qu'il rencontre cette année-là et avec qui il nouera une longue et fervente amitié. Les texturologies de Dubuffet, de Hantaï, de Réquichot captent aussi son attention.
Il rencontre Yves Klein chez Colette Allendy, puis Tinguely et Paolo Vallorz. Leur passion pour l'automobile, partagée avec Riopelle, les amenera à construire une voiture de course pour les 24 Heures du Mans, qui explosa peu après son départ.
  1958-65, Sam Szafran quitte l'abstraction et aborde la figuration. ériode de grande misère qui durera jusqu'en 1965.
1960, l'artiste reçoit une boite de pastels, bien que de qualité médiocre, entraînera son abandon de la peinture à l'huile et sera le départ de ce que l'on a pu nommer une "renaissance" de cette technique un peu oubliée.
1961, rencontre avec Alberto Giacometti au bar du "Dôme".

1963, "Peintres et sculpteurs", première exposition de groupe dans une galerie privée, favorisée par Riopelle, chez Max Kaganovitch, boulevard Raspail. "César et Ipoustéguy sont passés voir et ont dit à Claude Bernard : il faut absolument que tu prennes ce jeune".
Sam Szafran entre donc à la Galerie Claude Bernard, où il expose dès 1964 et à laquelles il demeurera longtemps lié.

Premières peintures à l'huile de la série des "Choux" : "Je me souviens quand mon grand-père m'emmenait à la synagogue, rue Pavée. On passait à travers le Marais. C'était l'été. Dans les rues, il y avait une affreuse odeur de choux, car c'est le légume le meilleur marché, le plus consistant".
Il découvre, grâce à Lefèvre-Foinet, la qualité exceptionnelle des pastels fabriqués par les soeurs Roché, rue Rambuteau, à quelques pas de sa maison natale. Elles deviennent ses fournisseurs attitrés.
Mariage avec Lilette Keller, origine de Moutier, dans le Jura suisse.

1964, naissance de leur fils Sébastien.
1965, rencontre avec Jacques Kerchache, qui lui offre sa première exposition personnelle.
Rencontre avec le critique d'art Pierre Schneider, qui lui fera rencontrer Bernard Anthonioz, premier directeur du Fonds National d'Art Contemporain. Ce dernier lui achète une vingtaine de pastels, ce qui le tire momentanément de la misère.

1967, amitié avec le poète libanais Fouad El-Etr, créateur de la revue "La Délirante" et des éditions du même nom. Le premier numéro de cette revue trimestrielle, fortement influencée par le romantisme allemand, riche de l'amitié de Cioran, d'Ernst Jünger et d'Octavio Paz, paraît en juillet 1967. La collaboration de Szafran s'y fera active jusqu'en 1983.

1970, première exposition personnelle à la Galerie Claude Bernard. Période de la série des "Ateliers".
1972, il est choisi par Maurice Eschapasse pour l'exposition "Douze ans d'art contemporain", Galeries nationales du Grand Palais.
Il adhère un temps au group "Panique"; fondé par Arrabal, Roland Topor et Jodorowsky.
Rencontre et amitié avec Henri Cartier-Bresson, à qui il donne des cours de dessin.
Période de la série des "Imprimeries".

1974, s'installe à Malakoff, dans une ancienne fonderie, où il vit et travaille depuis lors.
Période de la série des "Escaliers".

1984, première rétrospective de son oeuvre est programmée au Centre Pompidou puis annulée par Jean-Hubert Martin.
1986, début des grandes aquarelles sur le thème des "Ateliers", des "Serres", des "Escaliers".
  EXPOSITIONS PERSONNELLES :

1965, "Dessins", Galerie Kerchache, Paris.
1970, "Fusains, 1967-70", Galerie Claude Bernard, Paris.
1972, "Pastels, 1970-72", Galerie Claude Bernard, Paris.
1974, "Pastels", Galerie Artel, Genève, Suisse.
1976, "Fusains 1975", Galerie Claude Bernard, Paris.

1980, "Pastels", Galerie Claude Bernard, Paris.
1986, "Pastels et fusains", Centre d'Art de Flaine (Haute-Savoie), France.
1987,
- "Watercolors", Claude Bernard Gallery, New York, Etats-Unis
- "Aquarelles", Galerie Claude Bernard, Paris.
1988, "Dessins, pastels et aquarelles", Caja Iberia, Saragosse (Espagne).
1992, "Aquarelles", Galerie Vallois, Paris.
1999, "Szafran", Fondation Pierre Gianadda, Martigny (Suisse).

EXPOSITIONS COLLECTIVES :

1957, Salon des Indépendants, Paris.
1958, Carnegie Institute, Pittsbugh, Etats-Unis.
1959, Salon des Réalités Nouvelles, Paris.
1963, "Peintres et sculpteurs, Galerie Max Kaganovitch, Paris.
1964, "Sculptures de peintres", Galerie Claude Bernard, Paris.
1965, "A l'oeil nu", Centre culturel américain, Paris.
1967, "Portraits", Galerie Claude Bernard, Paris.
1968, "Aspects de la figuration depuis la guerre", Musée d'Art et d'Industrie, Saint-Etienne.
1969, "Acquisitions récentes", Centre national d'Art contemporain, Paris.

1972, "Expo 72x72 : Douze ans d'art contemporain", Galeries nationales du Grand Palais, Paris.
1973, "Panique", Galerie Kerchache, Paris.
1974, "New Image in Painting", Biennale Internationale, Tokyo.
1975, Fondation Veranneman, Kruishoutem, Belgique.
1976,
- "Trait pour trait : 50 autoportraits", Galerie Jean Briance, Paris
- "Nouvelle subjectivité", CNAC, Paris
- "L'atelier : technique de la peinture", Musée du Louvre, Paris.
1977,
- "Papiers sur nature", Fondation nationale des arts graphiques et plastiques, Paris
- 40 dessins, Château d'Ancy-le-Franc, France.

1978,
- "Chemins de la création : Dessins de peintres, dessins de sculpteurs", Château d'Ancy-le-Franc
- Eloge du dessin, Galerie Daniel Gervis, Paris
- "Tours- Art vivant", Tours
- De la figuration, Galerie Bellint Bellechasse internationale, Paris.
1979,
- "La Nouvelle Subjectivité", Palais des Beaux-arts, Bruxelles
- "Chemins de la création", Château d'Ancy-le-Franc
- "Ateliers d'aujourd'hui", Centre Georges Pompidou, Paris.
1980,
- "Dessins de la Fondation Maeght, Fondation Maeght", Saint-Paul-de-Vence
- "Figures de l'enfermement dans l'art", ELAC, Lyon
- Les Figures de l'enfermement", Maison de la Culture, Montpellier
- "Le Pastel", Château d'Ancy-le-Franc
- "Nouvelles tendances de la peinture française", Neue Galerie, Graz, Autriche.

1981, "Le Réel et l'Imaginaire", Mairie de Jouy-en-Josas.
1982,
- "Paris 1960-1980. Panorama de l'art contemporain en France", Museum des 20.Jahrhunderts, Vienne, Autriche
- "La lithographie en France des origines à nos jours", Bibliothèque nationale, Paris
- "Dessins français contemporains", musée-galerie de la SEITA, Paris et Exposition Universelle de tecnhnologie, Knoxville, Etats-Unis.
- Biennale de Venise, Pavillon international
- Fin 1982-début 1983, "La Délirante", Centre Georges Pompidou, Musée d'art moderne, salles d'art graphiques, Paris.
 

OEUVRES

Sans titre inconnu Couverture du catalogue
"Sans titre"
35cm x 24cm. 1987.
Aquarelle sur papier
 "inconnu"
inconnu
inconnu
 "Couverture du catalogue"

"inconnu" inconnu. inconnu

 

EXPOSITION PASSEE

Sam SZAFRAN

Exposition du 22 mai au 12 juillet 2014.

Sam SZAFRAN "Sam Szafran"

PUBLICATION DE LA GALERIE

 

Sam SZAFRAN

"Sam Szafran"

Du 22 mai au 5 juillet 2014



Prix de vente: 15.00 €

Commandez ce catalogue par Mail

Toutes les publications disponibles...

Sam SZAFRAN "Aquarelles"

PUBLICATION DE LA GALERIE

 

Sam SZAFRAN

"Aquarelles"

en décembre 1987 et janvier 1988.

Texte de James Lord - 1987 - 70 pp., 46 en noir et blanc, 20 en couleur, 5 photos de l'atelier - Couverture en couleur - 33 x 22.

Prix de vente: 15.00 €

Commandez ce catalogue par Mail

Toutes les publications disponibles...